Archives de catégorie : Critique

Trompe la Mort – Opéra de Paris Mars/Avril 2017

Une nouvelle création vient de se terminer pour Cyrille

Trompe la Mort de Luca Francesconi d’après la comédie humaine de Balzac.

Un très bel accueil pour cette très belle production de Guy Cassiers.


Avec une pluie de bonne critiques pour la production et Cyrille en particulier:

Ce merveilleux artiste qui possède un timbre et une élocution attachants comme une technique irréprochable, se coule vite dans la peau du jeune dandy ambitieux. Et lui apporte une aura de grâce qu’on croyait réservée au répertoire bel cantiste ou au baroque.

(la lettre du musicien)

Cyrille Dubois est à l’aise dans tout le registre, avec un vibrato tendu, montrant la jeunesse candide chez Lucien de Rubempré et tutoyant les suraigus comme son personnage aspire à la Haute Société. Haletant, il conte avec passion ses illusions perdues et ses velléités suicidaires.

(Olyrix)

On retrouve le jeune Cyrille Dubois en Lucien de Rubempré, cher enfant du diable supérieur : on admire son ténor clair, la souplesse de l’émission et l’engagement scénique

(Anaclase)

Cyrille Dubois aussi, ténor vaillant autant que lumineux, a la diction claire et les accents énamourés de Pelléas.

(Resmusica)

Le ténor Cyrille Dubois insuffle une humanité et une chaleur vocales parfaites à Lucien,

(Operaonline)

Saluons la performance du jeune ténor Cyrille Dubois (jusque-là surtout remarqué pour ses emplois baroques), dont le Lucien de
Rubimpré, ardent, vaillant, juvénile, contraste idéalement avec son mentor diabolique Herrera.

(Classiquenews)

Cyrille Dubois compose de son côté un Rubempré du genre romantique -vaporeux, guidé par une écriture volontiers mélismatique, aussitôt p lus sanguin quand il s’ épanche sur l’épaule d’Esther. La voix est superbe.

(concertonet)

Lucien, c’est le ténor Cyrille Dubois, timbre et vocalité magnifiques ici aussi. Il orne avec la finesse idoine son chant, tout en fêlures et abîmes, dans ce rôle de héros veule et amoureux.

(la revue du spectacle)

Cyrille Dubois a tout pour incarner Lucien de Rubempré : la sveltesse, l’ardeur juvénile, un timbre de ténor lumineux et suave, une musicalité parfaite et une présence scénique touchante, dans un emploi qui le mène jusqu’à ses limites vocales sans qu’il en souffre.

(Wanderer)

Extrait

Avec l’aimable autorisation de l’Opéra de Paris.

Mithridate – TCE

Le spectacle Mithridate touche à sa fin à Paris, et se poursuivra à Dijon dans quelques jours.

Voici quelques informations sur le spectacle:

Radios:
Radio Classique le 10/02/16

France Musique le 27/01/2016

Photos:

Mithridate repet

Cyrille Dubois (Marzio) & Christophe Dumaux (Pharnace) en répétition (c) TCE

Mithridate saluts

Myrto Papatanaciu (Siphare), Sabine Deviehle (Ismène), Cyrille Dubois (Marzio), Patricia Petibon & Emanuelle Haïm (direction); photo de (c) Dominique Riber.

 

Quelques retours:

« Jael Azzaretti (Arbate) et Cyrille Dubois (Marzio) ne disposent que d’un seul air, d’une difficulté surprenante pour des rôles secondaires. Ils s’en acquittent sans problème, le ténor vocalisant avec une souplesse qu’on ne lui soupçonnait pas forcément et réussissant le reste du temps à exister par sa seule silhouette malveillante et claudicante. »

Forumopera

« Cyrille Dubois, dans le rôle de Marcius fait montre d’une grande vélocité et d’une belle agilité pour s’acquitter avec brio des vocalises enflammées qui lui sont réservées.  »

Olyrix

« On notera la présence brève et tardive du jeune Cyrille Dubois : du rôle peu gratifiant de Marzio, le ténor réussit à marquer son unique air par un timbre clair et un phrasé souple. »

Opera-Online

 » On regrette que le rôle de Marcius, ici Cyrille Dubois, n’ait pas davantage d’air car la réussite est là, laissant entendre un timbre très agréable.  »

Toutelaculture.com

« Dans le seul air qui lui est dévolu, le Marzio de Cyrille Dubois se montre à la mesure de la virtuosité attendue et se confirme résolument comme l’un des ténors légers montants de la nouvelle génération.  »

Anaclase

« le Pharnace du contre-ténor Christophe Dumaux, […] , trouve progressivement sa place auprès de Marcius, campé par un étonnant Cyrille Dubois, complice des mauvais coups.  »

Artistikrezo

« Les seconds rôles ont eux aussi leur air virtuose, et des interprètes de bon rang : Cyrille Dubois révèle en Marcius un fiorito aigu joliment ciselé »

Avant Scène opera

« Mais c’est évidemment la distribution, et la direction musicale, qui rendent cette production du Théâtre des Champs-Elysées, à tous égards exceptionnelle.
[…] Jaël Azzaretti et Cyrille Dubois confirment tous les espoirs qu’on a mis en eux. »

Blog Jean Pierre Rousseau

« Le Romain Marcius, lui, n’a qu’un air : Mozart l’a semé d’embûches que Cyrille Dubois déjoue brillamment »

Diapason

« Les seconds rôles (le Marzio de Cyrille Dubois, l’Arbate de Jaël Azzaretti) sont remarquables. »

Telerama

Le Marcius de Cyrille Dubois est remarquable et le ténor domine avec aisance et élégance les difficultés de son rôle, notamment les vocalises rapides de sa dernière scène

BaroquiadeS

Arthus: Critiques (MAJ2)

La Presse a accordé un accueil assez unanime et positif sur la distribution du Roi Arthus en ce moment à Bastille
Cyrille y fait un passage remarqué:

[Mises à jour: Quelques critiques ajoutées…]

« Côté second rôle on saluera particulièrement la douceur de la voix du jeune Cyrille Dubois en laboureur »

http://toutelaculture.com/spectacles/opera/un-roi-arthus-en-demi-teinte-brillance-musicale-et-terne-scenographie/

« Les seconds rôles sont remarquables : […], Laboureur songeur et philosophe de Cyrille Dubois »

http://www.webtheatre.fr/LE-ROI-ARTHUS-d-Ernest-Chausson

Plateau vocal trois étoiles… et même plus, pour cette rareté ! La distribution est même luxueuse pour les rôles secondaires (la vedette du moment, Cyrille Dubois, chante avec aisance le double air du laboureur 😉

http://www.bertrandferrier.fr/?tag=cyrille-dubois

« remarquables Stanislas de Barbeyrac en écuyer tutélaire et Cyrille Dubois en Laboureur aède. »

http://www.concertonet.com/scripts/review.php?ID_review=10676

« Moins exposés mais chantant à ravir, deux des meilleurs jeunes ténors du moment, Stanislas de Barbeyrac et Cyrille Dubois, défendent et illustrent l’éclat des seconds rôles. »

http://www.la-croix.com/Culture/Musique/Le-Roi-Arthus-ou-le-crepuscule-des-chevaliers-2015-05-26-1316012

« So not only did we have the best available cast for the principles; the secondary roles were unusually well cast too, giving us a chance to admire Cyrille Dubois’ bright Laboureur and Stanislas de Barbeyrac’s softer, elegant Lyonnel. Both had excellent diction. Even the smallest roles were filled seriously – and with a degree of charm. »

http://npw-opera-concerts.blogspot.fr/2015/05/chausson-le-roi-arthus.html

« Sous sa baguette, un Chœur de l’Opéra galvanisé (ténors à la fois conquérants et élégants, sopranos filant leurs aigus comme par miracle) et un plateau vocal comme rarement l’Opéra de Paris a pu en réunir d’aussi adéquat à un ouvrage et à un style, jusqu’aux plus petits rôles : le Laboureur de Cyrille Dubois (faisant suite, qui plus est, à un prélude de l’acte II où l’orchestre vaut pâmoison) mériterait à lui seul le déplacement ! »

http://www.asopera.fr/critique-le-roi-arthus-r464.htm?PHPSESSID=97a362133c4d527cacd19ca452323b84

« Le laboureur n’est ni un vendeur Ikea ni un marchand de livres, mais juste un…. laboureur, qui promène au ras de la toile de fond sa charrue et sa complainte, heureusement confiée au ténor Cyrille Dubois. »

http://www.diapasonmag.fr/actualites/critiques/opera-de-paris-le-roi-arthus-chez-ikea

« Tout aussi impeccable est le bref emploi du laboureur, . »

http://www.resmusica.com/2015/05/21/le-roi-arthus-sublime-et-trahi/

« …signalons au moins que Cyrille Dubois donne aux couplets du Laboureur une grande profondeur… »

http://www.forumopera.com/le-roi-arthus-paris-bastille-bronca-et-ola

« Trio de tête luxueux, mais la Grande Boutique n’a négligé aucun rôle: […] touchant Laboureur de Cyrille Dubois »

http://www.concertclassic.com/article/le-roi-arthus-de-chausson-lopera-de-paris-pour-la-musique-seulement-compte-rendu

« Cyrille Dubois qui ne fait qu’une courte apparition au fond de la scène, tout en guidant un ridicule outil de laboureur, mais dont le chant élégant et rayonnant inonde avec bonheur l’immense vaisseau de Bastille »

http://bachtrack.com/fr_FR/critique-roi-arthus-ernest-chausson-opera-bastille-thomas-hampson-paris-mai-2015

« Une belle galerie de petits rôles où se distingue la crème du jeune chant français (Alexandre Duhamel, Stanislas de Barbeyrac, François Lis et Cyrille Dubois) complète ce vaillant plateau »

http://www.musicologie.org/15/wagnerite_aigue_le_roi_arthus.html

« Even most of the supporting cast is outstanding, notably Stanislas de Barbeyrac’s impeccable Lyonnel and Cyrille Dubois as a labourer. »

http://www.ft.com/intl/cms/s/0/814c8832-fd43-11e4-9e96-00144feabdc0.html#axzz3aZwvteYj

« Avec les chœurs qui sont remarquables, les seconds rôles le sont tout autant, à l’image du Lyonnel de Stanislas de Barbeyrac ou du laboureur de Cyrille Dubois. »

http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20150518.OBS9073/le-roi-arthus-a-l-opera-bastille-la-musique-envoute-la-mise-en-scene-degoute.html

« Mais on mettra très à part les strophes miraculeuses (de timbre et d’intonation) que fait entendre le Laboureur de Cyrille Dubois poussant sa charrue : coup de génie de caractérisation de la part de Chausson, pas indigne d’Iopas et Hylas dans Les Troyens. »

http://blogs.qobuz.com/andretubeuf/2015/05/18/le-roi-arthus-a-lopera-bastille/

On notera aussi le chant du laboureur (Cyrille Dubois) ample et lointain

http://www.paperblog.fr/7633825/mise-en-scene-decevante-du-roi-arthus-a-bastille/

« Un coup de chapeau aux seconds rôles, à l’image des exceptionnels ténors Stanislas de Barbeyrac et Cyrille Dubois qui n’ont besoin que de quelques répliques pour imposer un chant de grande classe. »

http://www.lefigaro.fr/musique/2015/05/18/03006-20150518ARTFIG00267-le-roi-arthus-ne-decroche-pas-le-graal.php